Vous lisez

En balade avec les élèves de l’Agro Paris Tech !

Actualités Texte

En balade avec les élèves de l’Agro Paris Tech !

En balade avec les élèves de l’Agro Paris Tech !

eleves agro paris tech lors de latelier vannerie par le temps des savoir faire

La semaine dernière, j’ai organisé un atelier découverte de la vannerie pour des élèves d’AgroParisTech, école supérieure d’agronomie située à Grignon dans les Yvelines.

C’est une de leurs associations, appelée les “blairoudeurs“, dont l’objectif est de se retrouver entre élèves pour contempler et protéger la nature, qui a fait appel à nous pour la création de cet atelier.

L’école étant située sur un campus verdoyant, l’objectif était de faire découvrir aux élèves toutes les plantes sauvages locales permettant de tresser paniers, corbeilles, sacs, objets décoratifs etc. Je leur ai fait découvrir au sein de leur campus plusieurs végétaux bien connus de la vannerie sauvage tels que le saule blanc, la clématite des haies, le lierre grimpant, le jonc ou encore la ronce. En fin d’atelier, je leur ai proposé de fabriquer un mini poisson en guise d’initiation au tressage.

À titre personnel, ce fut une expérience très sympathique car j’ai rencontré des élèves enjoués, curieux et émerveillés.

Pourtant, il n’aurait pas été absurde d’imaginer que des élèves d’agronomie de l’ère moderne ne soient pas spécialement intéressés par ce genre de savoir-faire traditionnel. Eh bien force est de constater, avec joie, que ce ne fut pas le cas.

Alors bien sûr il y a l’aspect botanique de la vannerie qui entre en jeu et qui suscite logiquement l’intérêt d’élèves en agronomie. Mais ce n’est pas l’unique raison.

Depuis quelques années, nous assistons à une forte remise en question de la technologie et de sa capacité à conférer des solutions écologiquement viables à l’échelle planétaire. La nécessité de réintroduire des processus “naturels” dans nos usages quotidiens a donc plus de poids dans la hiérarchisation des priorités. Cet atelier aurait-il suscité le même engouement il y a 10 ou 20 ans ? Pas sûr.

J’en veux pour preuve le succès montant des nombreuses conférences de M. Jancovici au sein des écoles supérieures de commerce ou d’ingénieur. Le spécialiste renommé des questions Énergie-Climat explique bien, non sans une pointe d’humour, les limites factuelles de l’innovation technique en matière d’écologie. Il me semble donc qu’en réponse à ce renversement de paradigme, des élèves d’une vingtaine d’années commencent à entrevoir l’intérêt d’un panier en osier versus un panier en plastique.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Articles recommandés